Agir pour le territoire, agir pour les habitants...

Réunion d’information et d’échange : l’œnotourisme dans le Sud de l’Aisne

(Vous pouvez télécharger ce compte-rendu et les présentations faites pendant la réunion en bas de cette page)

Le Sud de l’Aisne est riche de son patrimoine, de ses paysages et d’un produit internationalement reconnu pour sa qualité : le Champagne. Fort de ce constat, et dans la continuité des dynamiques touristiques déjà engagées, l’Agence de Développement et de Réservation Touristiques a réuni différents partenaires publics et privés (les Communautés de Communes de la Région de Château-Thierry, du Canton de Charly sur Marne et du Canton de Condé en Brie ainsi que l’Agence de Développement et Réservation Touristique de l’Aisne (anciennement « Comité départemental du Tourisme »), les Chambres de Commerces et de l’Industrie et d’Agriculture, ainsi que le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne et le Syndicat des Vignerons) afin de valoriser l’ensemble du territoire du Sud de l’Aisne grâce à son vignoble.

Le projet de développement de l’œnotourisme en Vallée de la Marne Ouest, vise à accompagner les acteurs du territoire dans la valorisation de leur savoir-faire et la promotion de la production locale. En effet, dans cette période où la consommation de vin est en baisse, l’avenir du Champagne se situe dans la valeur ajoutée au produit. Ceci passe, notamment, par un travail de cohésion entre les filières viticoles et touristiques et par une amélioration de la visibilité. Avec plus d’un million de visiteurs par an la notoriété du vignoble champenois est indéniable. Cependant le comportement des touristes a changé. En quête de moments « à vivre » et d’échange, le visiteur est devenu plus exigeant. Il privilégie les courts séjours dans un périmètre proche. Situé à seulement une heure de Paris et trois heures de Bruxelles, le Sud de l’Aisne dispose d’incontestables atouts pour répondre aux attentes des œnotouristes et bénéficier de retombées économiques positives. Mais, avant de promouvoir la Vallée de la Marne Ouest, la mise en place de certains fondamentaux est nécessaire pour assurer la pérennité du projet.

Ce fut l’objet de la réunion qui s’est tenue le 18 mars dernier à Château-Thierry et à laquelle étaient conviés les professionnels du vin, les hébergeurs, les restaurateurs et opérateurs touristiques ; des acteurs qui se placent au cœur de la dynamique.

Cette rencontre a permis de présenter le profil des œnotouristes, le besoin d’organisation et de mise en réseau des offres, et d’aborder la question du positionnement du territoire dans un contexte concurrentiel. Stéphane Rouziou, Directeur de l’Agence de Développement et de Réservation Touristiques de l’Aisne est également intervenu pour présenter l’organisation des instances touristiques du territoire, leurs actions et leurs outils promotionnels.

Déroulement de la réunion

En introduction, François Alvoët, Référent du Comité de Pilotage, a présenté la structuration du projet. Il a insisté sur les enjeux de l’œnotourisme qui constitue un formidable moteur économique pour le territoire et un créateur de lien entre les filières.

Emilie Rémond, Chef de projet, a ensuite rappelé les fondamentaux de l’œnotourisme (décloisonnement des filières afin de faire travailler ensemble tourisme et viticulture), avant de présenter le profil des œnotouristes, en se basant sur l’étude publiée en 2010 par Atout France. Il ressort que le poids de la clientèle étrangère en Champagne est supérieur aux autres vignobles. Ce constat souligne l’importance croissante de l’anglais tant pour le tourisme que pour la commercialisation. De plus, les œnotouristes qui viennent dans le vignoble, sont classés dans la catégorie des « épicuriens ». En quête de sensations et de convivialité, cette clientèle est attirée par la notoriété du Champagne et la gastronomie.

Connaître la clientèle est un prérequis indispensable, cependant, pour la satisfaire, il est nécessaire que les acteurs du territoire se regroupent au sein d’un réseau et s’accordent sur la qualification de l’accueil et sur les valeurs qu’ils souhaitent partager. Ces points peuvent être formalisés par une charte répertoriant les fondamentaux du réseau et complétée par un cahier des charges propre à chaque activité (hébergement, restauration, caves, …). Ce dernier posera les règles d’engagement des signataires avec un niveau d’investissement humain échelonné dans le temps.

Dans un objectif de constante amélioration, l’animateur en charge du réseau et rattaché à la Maison du Tourisme (cf. compte-rendu des réunions du 26 avril et 31 mai 2012), s’assurera du respect des engagements, se tiendra informé des avis de la clientèle et mettra en place les actions nécessaires pour maintenir la qualité de l’offre. Cet animateur aura également en charge l’organisation de journées techniques, trait d’union entre les partenaires, et des formations visant à répondre au besoin de qualification des acteurs.

Suite à l’intervention de Stéphane Rouziou, le dernier point abordé concerna le positionnement marketing, étape indispensable pour déterminer le message que l’on souhaite adresser au public, l’image qu’il va retenir du territoire.

Plusieurs pistes sont envisagées :
- NATURE : cohérent avec les paysages uniques de la Vallée de la Marne et les multiples chemins de randonnée du territoire.
- HUMAIN : la multiplicité de petites exploitations familiales peut également orienter sur une stratégie plaçant l’accueil au cœur de l’offre.
- ART : en raison de l’histoire du territoire, du nombre d’artistes et d’associations présents et considérant le parallèle entre le travail de l’artiste et celui du vigneron, un artisan du vin, l’art peut avoir sa place dans le vignoble.
- NUMERIQUE : à l’ère des Smartphones, tablettes et autres outils multimédia, le numérique peut avoir un réel intérêt pour guider le touriste, lui raconter le paysage, lui faire vivre des choses qu’il ne peut voir, etc.
- SENSATIONS : un cinquième axe exploitable pourrait concerner le tourisme des 5 sens, une thématique qui répond parfaitement au besoin de « sensations » et d’expériences exprimé par les touristes « épicuriens ».

Chaque axe va être étudié et décortiqué par l’équipe projet afin de déterminer lequel sera le plus pertinent pour notre territoire.

La réunion a été ponctuée par de riches moments de débat soulevant d’intéressantes questions :
- Les visiteurs s’émerveillent souvent du paysage de la Vallée. Peut-être que les « locaux » ne voient plus ce paysage puisqu’ils le côtoient tous les jours. Cependant il serait intéressant d’apprendre à interpréter ce paysage si particulier.
- Les personnes présentes s’accordent également à dire que l’Art a sa place dans le vignoble.
- L’idée de mettre le vignoble au cœur des festivités a été soumise. Par exemple avec des « foulées gourmandes » qui mettraient en avant des spécialités locales. Certaines pourraient être créées pour l’occasion et incorporer le Champagne.
- Avec un bassin de population de près de 12 millions, et un flux important de touristes étrangers, il a été suggéré de choisir un positionnement qui cible exclusivement l’Ile de France. Il est vrai que ce segment est incontournable cependant la clientèle du nord-est de la France et des pays européens limitrophes est également importante. Par conséquent, un ciblage uniquement parisien n’est peut-être pas le plus adéquat. En revanche, en plaçant au cœur de la cible des touristes au profil 45-55 ans, qui viennent en couple ou entre amis, cherchent la convivialité, etc., il est possible de toucher autant une clientèle francilienne qu’européenne.
- L’accent a été mis sur le manque de visibilité du territoire. Sur l’autoroute, en arrivant de Paris, il n’y a pas de panneau signalant le vignoble avant Dormans. Ce point a soulevé un débat intéressant sur la question de la visibilité et de la communication. Le travail est déjà engagé et la nouvelle signalétique de la Route du Champagne est un pas dans ce sens. Nous rappelons cependant que la communication ne peut être payante que si elle s’accompagne d’une stratégie. Ainsi, il ne suffit pas d’attirer le touriste mais de le faire rester (et consommer). Pour cela il est indispensable de structurer l’accueil par la mise en place d’horaires d’ouverture, d’animations, d’une restauration adaptée, etc.
- 50 à 60 000 américains viennent sur le territoire chaque année. Stéphane Rouziou précise que cette clientèle n’est pas facile « à fixer ». Cette clientèle achète peu de bouteilles cependant, elle consomme sur place, partage ce qu’elle a vécu avec son entourage et fait des commandes. Pour attirer cette clientèle dans le vignoble, la mise en réseau avec des points d’entrée tel que le musée de Belleau sera importante.
- Nous précisons également que la clientèle étrangère n’a parfois pas la notion des distances, par conséquent le rôle du réceptif est important. La mise en place d’offres incluant le transport sera incontournable.
- « Faire briller l’ensemble de la Champagne ». Cette phrase est d’une viticultrice qui souligne l’importance de travailler ensemble. Actuellement, chacun fait briller sa marque, cependant sans interactions, l’information se trouve diluée et le client perdu.
- La question des packages est abordée. Il est vrai que tous les clients ne veulent pas du planning sur mesure. Il est important de créer une complémentarité entre les offres « clé en main » et le « libre-service ». Le client a souvent peur de s’ennuyer lorsqu’il fait du tourisme rural. Il est donc important de renouveler l’offre pour lui donner envie de revenir.
- La question de la restauration a également alimenté un large débat. Aujourd’hui le territoire compte près de 35 restaurants traditionnels et brasseries. Ces établissements n’ont pas tous le même type de service et encore trop peu de champagnes sur leur carte. De plus, seulement 3 d’entre eux sont ouverts 7 jours/7. L’action à mener avec les restaurateurs est un travail de fond qui consiste à mener une réflexion sur le contenu des cartes des vins, établir des liens avec les viticulteurs locaux. Une réflexion sur les jours et horaires d’ouverture sera également à engager.

Prochaines étapes

  1. Le comité de pilotage du projet va se réunir en avril pour valider un positionnement. De ce positionnement découlera la stratégie de communication mise en place dans le futur.
  2. L’équipe projet va travailler sur le programme de formation et la rédaction du dossier d’adhésion au réseau qui sera par la suite soumis aux prestataires souhaitant s’engager dans la démarche.
  3. Une plateforme d’échange et de mutualisation des informations sera prochainement créée.

En outre, nous encourageons les personnes déjà lancées dans cette dynamique à nous communiquer leurs évènements (dégustations, porte-ouverte,..). Ceux-ci pourront ainsi être relayés auprès des visiteurs.

Contacts

Office de tourisme de Château-Thierry : accueil.ot ccrct.fr
Emilie Rémond, Chef de projet : emilie.remond ccrct.fr

Télécharger les présentations et le compte rendu au format pdf

Contactez-nous

Marchés publics

Offres d’emplois

Newsletter

Mentions légales et crédits